Bienvenue - Welcome - Welkom - Willkommen - Benvenuto - Benvenido !
Malaucène.fr

Travaux et projets

Notre action de valorisation du site de la chapelle du Groseau

(février/mars/avril)

Untitled_07282016_174717 La réunion en mairie du 6 février dernier a officialisé notre partenariat avec la municipalité pour la valorisation du site de la chapelle du Groseau. Notre travail de dégagement progressif des éléments de patrimoine s’est amplifié grâce au soutien efficace des agents municipaux mis à notre disposition. Ce travail a été mené en trois temps (vacances de février / week-ends de mars / vacances de Pâques) et s’est concrétisé par la réalisation de cinq chantiers.

Ce qui est fait

  1. Le bassin. Le nettoyage de ce vaste bassin (100 m²) très proche de la chapelle a été effectué selon une logique verticale et quartier par quartier. Nous avons scié au racet et évacué la petite dizaine des derniers arbres y logeant (peupliers blancs, tilleuls, érables), sauf les troncs et les vieilles souches. Nous avons rendu visible le sol de terre en tirant à la main ou en coupant au sécateur le tapis de lierre la recouvrant. Nous avons retiré ces 10 à 25 cm de terre végétale sur toute la surface selon la méthode suivante : décroûtage à la pioche, pioche pour casser les racines, pelle, constitution de trois gros tas de terre et de racines successifs, long nettoyage fin et précis (truelle, sécateur, brosse) du pavage, constitution de tas de pierres et enfin balayage du sol rendu à l’air libre.

Ce sol se compose de deux niveaux : des longueurs de mortier bâtard (selon le maçon Patrice Amérigo) de 5 à 10 cm d’épaisseur qui sont venues se superposer et renforcer l’étanchéité du pavage de pierres initial, pierres taillées ou non, petites ou grandes, demeurées à plat ou soulevées par les racines des arbres. A noter quelques éléments de réemploi sortant de l’ordinaire, notamment ce que nous pensons être un couvercle rainuré complet de sarcophage, conservé dans l’angle sud-est du bassin. Nous avons retiré tous les éléments composant un vrai dépotoir : verre plat, vaisselle, boites de conserve, tuyau de poële, vitrail du XIXème siècle, poussette années 60, gros fils de fer, métal rouillé… mais aussi nombre de pierres inutiles et de plaques de mortier, ne conservant sur place que les plus belles pierres de taille (dont des montants de sarcophage ?).

Ce travail, certainement celui qui nous a demandé le plus d’efforts et pris le plus de temps, n’aurait pu être mené à son terme sans l’évacuation des tas de terre réalisée par les agents au tractopelle en plusieurs fois.

  1. Les abords du bassin et de la chapelle. Une partie de la margelle du bassin a été nettoyée de ses racines de lierre, un tilleul et un noyer contigus ont été sciés au racet puis éliminés au tractopelle, une tranchée longeant la margelle a été creusée (pour raisons de sécurité) avec cet engin, puis aménagée par nos soins. Le terrain Charrier, situé entre l’accès public à la chapelle, le bassin et la route du Groseau, a été nettoyé au râteau : feu de branches, de lierre et de feuilles mortes, coupe de quelques souches ou tronçonnage (François Onde).

Le chemin Charrier (entre l’abside de la chapelle et la parcelle acquise par la municipalité) et sa filiole d’arrosage ont également été traités sur toute leur longueur : élimination des petits arbustes, ronces et autres lianes. Nous avons ôté les végétaux recouvrant les restes de la margelle du mur de soutènement pour la rendre lisible, comme encore nettoyé le vacant de l’enclos derrière Saint-Jean-Baptiste et l’abside, en complément du coup de lame donné par les agents à la base du mur médiéval supportant le bassin (faisant face à la porte murée de la chapelle).

  1. Les longs murs inclinés et le terrain municipal. Le terrain Arnoux acquit par la municipalité a vu sa partie haute désencombrée et égalisée, et sa partie basse girobroyée, ce qui nous a permis de collecter un tas de fils de fer, tuyaux PVC et flexibles pour l’arrosage, plastiques pris dans la terre, bouteilles en plastique et canettes, ensuite emportés par les agents avec les arbres coupés et les divers branchages entreposés là.

Le girobroyage a été étendu aux murs environnants (Charrier/mairie et même Charrier/ex-Papèteries vu son intérêt esthétique et historique). Pour parfaire l’action des agents, nous avons évacué les résidus girobroyés du dessus et du bord vertical de ces murs, et complété plus finement leur travail de débroussaillage (sécateur/racet), sans oublier les arbres qui y sont (coupe des branches basses des noyers, enlèvement des lianes les obstruant, nettoyage complet de la figuière, retrait quasi-total du lierre sur le gros noyer à trois branches).

Le décaissage et l’évacuation de la terre à la base du mur délimitant le terrain municipal –en ne laissant qu’une petite largeur pour ne pas le rompre- a été l’étape initiale de sa revalorisation. Celle-ci consiste à éliminer la végétation herbeuse (lierre et orties), ronces et arbustes pris dans la partie du mur à l’air libre, et ensuite à découvrir la base enterrée en éliminant la terre selon la méthode suivante : pioche, dégagement à la pelle, pioche, dégagement au râteau, arrachage des racines à la main et au sécateur, finition du bas du mur à la truelle et à la brosse… afin de le rendre propre, esthétique et signifiant.

Concernant le second mur dit Charrier/ex-Papèteries, nous avons éliminé les ronces et scié un petit prunier sauvage, et surtout retiré tout le lierre qui s’y était immiscé et qui le recouvrait entièrement. Une fois celui-ci dégagé, nous en avons nettoyé la base (râteau/fourche) pour éloigner tout ce qui a été coupé et la

rendre plus visible, y compris en détruisant les lianes courant sur le sol. Enfin, nous avons commencé la découverte de sa base à la pelle.

Ces murs apportent de la profondeur visuelle au site.

  1. La face externe du mur de la croix. En contre-bas de la chapelle, ce dernier chantier, plus récent, nous a apporté la belle satisfaction de découvrir une succession de tronçons de murs médiévaux remarquables et insoupçonnés.

Après un complément de débroussaillage et l’enlèvement du lierre agrippé sur toute sa longueur, y compris le rajout côté haie de cyprès, nous avons procédé à la pelle et à la pioche à un décaissage partiel du talus extérieur à l’enclos et regardant vers Malaucène. Nous sommes descendus jusqu’à trouver un seuil -un alignement de pierres s’avançant au-devant du mur et faisant supposer en être la base. Nous avons découvert là de fort belles pierres taillées parfaitement agencées, certaines formant d’harmonieux jambages, d’autres comme des murs d’angle. A noter la trouvaille d’une belle pierre romane sculptée indépendante du mur. Au cours de ce dégagement, nous avons coupé un noyer dont une branche est malencontreusement venue heurter et casser la base de la croix métallique de l’enclos.

  1. Bettineschi nous ayant autorisé à couper les branches de ses arbres pour le passage du tractopelle, nous les avons sciées, en profitant pour dégager davantage la vue aval de la chapelle. Le passage effectué pour l’engin, les agents municipaux se sont employés à retirer et emporter en plusieurs rotations de camion les pierres formant clapier sous l’accès public à la chapelle, puis à décaisser avec précision. Au fur et à mesure de leur avancement, nous avons nettoyé finement ce mur qui retient de plus en plus notre attention.

 

  1. Au-delà de la route. Sous le Pigeonnier médiéval, sa corniche et ses pierres d’angle impressionnantes, et après autorisation de son propriétaire, nous avons commencé le dégagement d’une restanque enfouie sous la végétation, immédiatement en amont de la chapelle et de la route. C’est un ancien jardin délimité par deux hauts murs de pierres sèches comprenant quelques éléments taillés. Après débroussaillage (cornouillets, lierre, ronces, pruneliers), nous avons retrouvé un ancien canal d’arrosage avec saut de l’eau et concrétions, prolongement de la prise Barnoin. Nous avons constitué un gros tas de branchages.

En résumé, le site historique de la chapelle du Groseau ne se limite plus à un bâtiment peu visible dans son enclos, mais comprend, outre le Pigeonnier et le mur médiéval sur lequel est bâti le bassin, toutes les pierres taillées formant divers murs de pierres sèches et surtout le très beau mur bâti de la croix, tandis que la chapelle, pièce maîtresse de l’ancien monastère, s’offre désormais aux yeux de tous.

 

Ce qui reste à faire

  1. Le bassin. La seule chose qui reste à faire, c’est œuvrer à la disparition des troncs et vieilles souches. Le travail a été expliqué aux agents : tronçonnage horizontal à la base des troncs sans détériorer le revêtement du fond du bassin ; tronçonnage horizontal puis vertical pour les grosses souches et retrait. Ensuite, un dernier coup de balai suffira à donner un bel aspect visuel aux lieux. Quid des pierres sélectionnées ?
  2. Les abords du bassin et de la chapelle. Nous avons à finir le nettoyage de la margelle du bassin, et les agents passeront un coup de godet à sa base côté route. Nous enlèverons les quelques pierres demeurant sur le terrain Charrier et terminerons le râtelage des branchages pris dans le lierre. Les petites souches seront tronçonnées par les agents. Ils abattront également les deux arbres gênant la vue de part et d’autre de l’abside : celui qui surplombe le vacant, et l’if malade dans ce vacant. Ils pourront aussi éliminer les restes de l’ancien WC. Quant à nous, nous gagnerons une quinzaine de centimètres de profondeur pour mieux voir la base du mur médiéval faisant face à la porte murée de la chapelle.
  3. Les longs murs inclinés et le terrain municipal. S’il n’y a plus rien à faire sur le terrain municipal, à part la question du coffret électrique, il reste un peu de travail pour les longs murs. Celui dit «Charrier/mairie» reste à dégager sur quelques mètres à ses deux extrémités. En haut les agents peuvent donner un petit coup de godet, nous prenons en charge l’extrémité côté ex-Papèteries ainsi que le retrait de tout le lierre sur la partie sommitale du mur.

Concernant le mur Charrier/ex-Papèteries, les agents ont proposé l’évacuation des végétaux broyés et coupés jusqu’au premier regard de la galerie Geoffroy. Nous poursuivrons pour notre part le nettoyage de sa base afin de voir jusqu’où descend à peu près ce mur incliné. Dans ce secteur humide, la végétation reprend vite sa place…

  1. La face externe du mur de la croix. Il faut remettre en place la croix de fonte sur son socle. Les agents ont proposé d’évacuer la partie restante du talus, c’est OK. Attention à la souche du noyer. Naturellement il faudra sortir du terrain Bettineschi les tas de pierres, de terre et de branches coupées. Nous découvrirons la base du mur avec nos outils manuels après leur passage, mais gagner plus encore en profondeur ne relève plus de nos compétences, mais de l’archéologie.
  2. Au-delà de la route. Il serait bien que les agents évacuent depuis la route le bon tas de branchages que nous avons constitué. Pour le reste, nous poursuivrons le débroussaillage de ce secteur, en particulier le long de l’ancienne prise d’arrosage.

Nous sommes par ailleurs dans l’intention de questionner Patrice Amérigo sur son savoir. Il sait mieux que quiconque observer et comprendre les techniques de réalisation des murs, ce qui permettra de les comparer les uns aux autres.

 

Perspectives

Avant même la saison estivale, la nouvelle visibilité du site a engendré de nouveaux comportements. Bien plus qu’avant, nombre d’automobilistes ralentissent ou s’arrêtent en restant dans la voiture, ou descendent encore du véhicule et viennent lire le lutrin puis faire le tour du bâtiment, sans même parler des motards, piétons, Malaucéniens ou touristes, individuels, couples, familles ou groupes de randonneurs. Presque tous viennent nous parler, certains demandent ce que nous faisons ou l’histoire des lieux. Quasi unanimement ils sollicitent l’ouverture du monument.

Alors qu’ils abordaient le bâtiment par l’accès public, une majorité arrive maintenant côté bassin et cela pose deux questions : c’est un terrain privé, c’est un espace qui n’est pas entièrement sécurisé. Doit-on mettre un panneau « Propriété privée » à l’entrée du chemin Charrier ? Doit-on flécher l’entrée officielle ? Doit-on mettre un plan signalant parties privées et espace public ? Doit-on indiquer des recommandations ? Doit-on mettre une corde autour du bassin afin de prévenir les chutes ? Doit-on faire une convention écrite entre la mairie, Mme Charrier et M. Bettineschi ? N’oublions pas que la qualité de notre relation avec les voisins est essentielle.

 

Les visiteurs veulent en savoir plus sur l’histoire des lieux. Doit-on répondre à leur attente en réalisant une application pour smartphone avec QR code ? Le photographe professionnel Rosenau Reinhart a proposé de faire quelques photos légendées formant une exposition permanente allant dans ce sens, et de les accrocher à l’intérieur de la chapelle, sur les murs proches de l’entrée dans sa partie basse. Cela pose de la question de l’ouverture du monument en haute saison. Peut-on réfléchir aux divers contrats peu ou pas onéreux pour la commune permettant d’employer une personne de confiance pouvant ouvrir et garder le bâtiment durant les deux mois d’été à raison de cinq heures par jour soit 35 h par semaine, et délivrant un dépliant succint ? Doit-on aller ainsi vers la réalisation d’un produit culturel global signalé dans les offices de tourisme et les sites internet ?

 

L’intérêt nouveau pour le site et l’afflux estival à prévoir pose aussi la question d’une réhabilitation légère des lieux, ne serait-ce que par le retrait du panneau publicitaire en limite du verger des pruniers, un éclairage nocturne moderne et moins dispendieux en énergie, l’installation d’une poubelle, ainsi que la consolidation des margelles des murs (bassin et enclos) afin de les sécuriser, de les pérenniser et d’améliorer leur esthétique. Ultérieurement, nous aurons à réfléchir sur l’embellissement végétal, le parking, l’insertion du site dans le cheminement patrimonial…

 

Daniel Hermsdorff et Olivier Peyre,

La calade de la Rue Saint Étienne

Un chantier municipal en continuité de la fontaine du Théron financé avec le concours du département de Vaucluse et réalisé par Patrice Amerigo, artisan malaucénien.

Inauguration pour les journées du patrimoine Samedi 17 septembre. Rendez-vous à 11 h devant la fontaine du Théron.

 

calade Saint Etienne

les croix du calvaire restaurées

Une réalisation en coproduction : les amis du vieux village, la mairie, des élus, dont Jacky Allemand, menuisier ébéniste, et bénévoles

croix calvaire

 

Restauration de la calade Saint Étienne

Les travaux ont commencé depuis quelques semaines et se poursuivront jusqu’à fin mai. Un chantier municipal en continuité de la fontaine du Théron financé avec le concours du département, de la fondation du patrimoine et réalisé par Patrice Amerigo, artisan malaucénien.

Vie quotidienne : arrivée de la deuxième tranche de la vidéo-protection et des panneaux de cheminsPHOTOS DES CHEMINS (3)PHOTOS DES CHEMINScamera place joanis (3)Embellissement du village

L’esthétique du village : ce sont ces panneaux en fer forgé réalisés par les services municipaux et positionnés à l’entrée du cimetière pour masquer les conteneurs à déchets.panneaux cimetièreEglise

Début du chantier pour la réouverture d’une fenêtre à l’église, afin de la restituer dans son état d’origine. Le chantier a été confié par la commune à 3 artisans locaux.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERA

Des petits aménagements pour un cadre de vie plus agréable

Récemment les services techniques ont réalisé un aménagement pour réorganiser le point de collecte des ordures ménagères et des déchets de la collecte sélective, afin d’éviter un déplacement des containers où des stationnements anarchiques bloquant l’accès à ces mêmes containers.

logette poubelles

Nouvel éclairage public Avenue de Verdun

Avec l’achèvement des travaux sur les réseaux humides avenue de Verdun et la mise en discrétion des réseaux secs, de nouveaux candélabres ont été installés. L’esthétique et l’éclairage Led pour des économies d’énergie ont été privilégiés dans le choix de la commune.

La reprise du revêtement par le conseil général a été demandée par la commune et devrait intervenir courant mai.éclairage public verdun

Remise en état de la piste forestière du Rissas – Avril 2015

La commune de Malaucène possède un important domaine forestier qu’il convient d’entretenir et de protéger. C’est une des actions inscrites au budget de cette année 2015 et déjà en phase de réalisation, avec la reprise de la piste du Rissas. Un chantier de 11000 euros, suivi par Claudie Arnaud, élue en charge de la ruralité, et réalisé par le syndicat mixte forestier, pour lequel la commune a obtenu, via le syndicat, un financement de 50%. Une belle opération qui offre aussi un magnifique point de vue sur nos paysages.

piste engin1 piste engin piste compactée piste avant compactage

Une belle surprise pour nos écoliers, ce lundi 9 mars 2015

Des espaces sportifs, des tables, des chaises, des marelles, un nouveau sol, un pourtour du platane sécurisé : après  jours de travaux menés tambour battant, durant les vacances d’hiver 2015, nos écolières et nos écoliers retrouvent une cour d’école pimpante et ludique.

traçage sol souple et tables de goûter et activité

terrain basket ball hand ball

Cour de l’école 

La municipalité poursuit ses efforts envers les jeunes Malaucèniens. Depuis quelques jours, les vacances d’hiver sont ainsi mises à profit pour la réfection complète des deux cours de l’école élémentaire. Rénovation complète du sol, sécurisation du pourtour du platane, reprise de la palissade entre la maternelle et les élémentaires, traçage de jeux au sol, installation de jeux sportifs permettant la pratique des sports collectifs, acquisition de tables et de chaises extérieures pour les activités périscolaires. Un projet voté en conseil municipal le 29 janvier pour un montant légèrement supérieur à 50.000 euros, après une négociation rondement menée, et qui voit donc sa réalisation quelques semaines après seulement son approbation par les élus. Une belle surprise attend donc les écoliers à la rentrée scolaire avec une cour flambant neuve !

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

TRAVAUX AU CIMETIERE

Réalisation d’un panneau d’information et réalisation de murets. panneau d'affichage cimetière

cimetière

 

 

 

 

RENOVATION DU PARKING DE LA CRECHE  ET PROGRAMME DE VOIRIE

ancien chemin entrechaux

parking crèche 2014

  • AVENUE DE DE VERDUN : DES TRAVAUX POUR UN CADRE DE VIE AMELIORE
    Rénovation des réseaux d’assainissement, d’eaux pluviales, d’eau potable et enfouissement des réseaux EDF et Telecom, tels sont sont les travaux au menu de ce vaste chantier mené par la municipalité et le syndicat Rhône Ventoux au service d’un environnement plus respecté d’un cadre de vie amélioré.travaux verdun
  • TRAVAUX DE MISE EN PLACE DE LA VIDEOPROTECTION

camera

photo (4)

AVENUE DE VERDUN 

De fin octobre 2014 à mars 2015, l’avenue de Verdun (depuis l’église jusqu’au croisement de la route de Beaumont) va faire l’objet d’important travaux de réseaux : réseaux humides (rénovation complète de l’assainissement, eau potable, eaux pluviales), réseaux secs (enterrement des réseaux et rénovation de l’éclairage publique). Ces aménagements de réseaux constituent des investissements indispensables pour l’amélioration de notre cadre de vie et s’inscrivent dans le cadre d’une dynamique de développement durable. Ce chantier est sous la double maitrise d’ouvrage de la commune et du syndicat mixte Rhône Ventoux (pour l’assainissement). Pour la commune l’investissement est d’environ 208.000 euros HT, auxquels s’ajoutent le coût des travaux d’assainissement (syndicat Rhône Ventoux) et d’éclairage public (syndicat d’électrification). Les entreprises veilleront, à la demande de la commune, à maintenir la circulation sur l’avenue de verdun, en travaillant par phasage notamment.

Dès le lundi 29 septembre après midi et jusqu’au mercredi 1er octobre, l’entreprise en charge des travaux procèdera à des passages caméras pour préparer le chantier. Des arrêtés correspondant aux différentes phases seront publiés au fur et à mesure sur le site de la commune.

 

planning verdun

bene

CALVAIRE 

Débroussaillage et traitement du pourtour

CALVAIRE1

CALVAIRE

Rénovation du moyeu de la roue à aubes du Blanchissage

Ce chantier attendu depuis quelques temps déjà a débuté ce lundi 14 avril et permettra d’achever la restauration de la roue à aubes du Blanchissage.

ROUE A AUBES

Travaux de proximité, préservation du patrimoine et nouveaux équipements publics 

Depuis une quinzaine de jours, un abri bus a pris place quartier du Colombier, la mairie est équipée d’un ascenseur pour faciliter l’accès aux services municipaux des personnes à mobilité réduite et la mise hors d’eau l’église a particulièrement bien avancé, les travaux étant aujourd’hui situés au niveau du choeur. En chantier également, le chemin de la chèvre damnée.

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

OLYMPUS DIGITAL CAMERAOLYMPUS DIGITAL CAMERAchemin de la chève damnée

CADRE DE VIE AU MENU DES TRAVAUX MUNICIPAUX

En ce début d’année, les travaux d’entretien de notre cadre de vie vont bon train, avec tout d’abord, une opération de peinture routière pour faciliter le stationnement et sécuriser la circulation piétonne et l’élagage des platanes.

Ensuite, côté bâtiments communaux, les toilettes de la grande salle du bas de la mairie ont été entièrement refaites, pour le confort de nos aînés qui s’y retrouvent chaque semaine et pour les nombreuses associations qui y tiennent leurs activités ou leurs assemblées générales. Enfin, côté patrimoine, un chantier ACARE de rénovation démarre ce mercredi 5 février pour se prolonger jusqu’à la mi-avril. Objectif du chantier : reprise et achèvement de la calade du chemin de la chèvre damnée  et renforcement du contrefort situé du côté de la Saint Michel ».

peinture routière 2014 MALAU

Travaux de l’église

photo

Aménagement et embellissement du rond point Entrée Malaucène en provenance de Vaison-La-Romaine

rond point malau

Amelioration du rond point de l’ecole

IMG_1377

IMG_1375

 

Marquage au sol – Interdiction de stationner devant la poste

DSC00964  DSC00967

Amélioration du cadre de vie – Enrochement au lac des Palivettes
IMG_1372  IMG_1373  IMG_1371

Mise en place de grilles et de portillons Chemin de la chèvre Damnée

P1060454  P1060453 P1060452

Reprise complète du jardin réalisée par les services techniques de la Mairie

jardin pédagogique

 

Installation d’un grillage à la Zone Artisanale La Croix de Florent
IMG_1335

Installation d’un grillage sur le mur du point d’apport volontaire de déchets de la Croix de Florent (route de veaux), afin d’éviter l’envol et l’éparpillement de détritus (papiers et cartons) les jours de vent notamment.

Nettoyage du village
IMG_1369

Mise en place, en complément de la balayeuse, d’un plan de nettoyage manuel, des places et rues du village

Installation d’une borne Toutounet Avenue du Maquis

IMG_1324

 

Travaux de l’eglise

OLYMPUS DIGITAL CAMERA              OLYMPUS DIGITAL CAMERA

13_6055590              13_6055574

Elus et associations intéressées par notre patrimoine ont suivi la visite de réception de travaux du clocher de l’église saint Michel. Didier REPELLIN, architecte en chef des Monuments historiques, et Thomas BRICHEUX, architecte du Patrimoine, ont d’abord donné de nombreuses explications sur l’architecture de l’église avant que tout le monde (ou presque) se lance à l’assaut du clocher afin de découvrir le travail des tailleurs de pierres et maçons. Les échafaudages vont maintenant être installés autour de l’édifice pour la réfection de la toiture pour une durée de travaux de 11 mois.

Reprise de l’enrochement au Groseau

P1060402 P1060401 P1060400

 

Travaux de voirie – Renovation de la Grand Rue

GRAND RUE 3

GRAND RUE 6

OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Marquage au sol sur le Cours des Isnards

IMG_1253

IMG_1250

Lac du Groseau

Dominique Bodon, Maire, Christian Barnier, adjoint, et Stéphane Fontin, conseiller municipal, se sont retrouvés samedi 13 avril sur le site du Groseau pour un aménagement du lac (rocher aux canards).

023 PHOTO GROSEAU

023 PHOTO GROSEAU

programme de voirie 2012

Enrobé plan de laval (côté nord)

 

Enrobé chemin de la baume

Enrobé parvis et parking église

chemin guillemins, bicouche

chemin du claux, bicouche

Service propreté : arrivée de la nouvelle balayeuse, Philippe Ponzo à la manoeuvre

Club house tennis : rénovation de la façade, suivie d’une pose de gouttière. Entre 2011 et 2012, le club aura été entièrement rénové intérieur et extérieur

Rénovation de l’Église Saint Michel

C’est parti pour 18  mois de travaux !

La rénovation de l’église a démarré fin Octobre 2012.

Elle consistera en sa mise hors d’eau et se décomposera en deux tranches :

– Clocher et tourelle d’escalier – 7 mois de travaux

– Nef – 11 mois de travaux

pour un montant total de 700 000€ TTC.

Ce chantier pour la préservation et la valorisation de notre patrimoine bénéficie des subventions de l’État (40% au titre des monuments historiques), de la région, et du département de Vaucluse, limitant ainsi l’autofinancement communal.

Skate Park – Palivettes

Réalisation de barrières par les services techniques de la commune

Printemps – Eté 2012 

Patrimoine et cadre de vie au programme des travaux 

 Reconstitution de la Fontaine du Théron, en partenariat avec les Amis du Vieux Malaucène (réalisation d’un socle dallé et des réseaux, pose de la fontaine).

Débroussaillage du Pourtour du Calvaire :

Rénovation extérieure de la Mairie (façade, blasons, signalétique, volets rez de chaussée)

Réalisation de trottoirs, en bordure de la départementale entre la Poste et la route de Vaison (couche de roulement achevée depuis), après reprise et enfouissement des réseaux (automne hiver).

Travaux RD 942 Automne 2011

Refection des réseaux humides, enfouissement des réseaux secs

Les Palivettes une aire de jeux, de sports et de détente entretenue par les services municipaux

Tennis, rénovation intérieure après l’extérieur

Nouveau local pour le club Parlez Jeune, plus proche des installations sportives et dans un espace rénové

 Stade, mise aux normes

Nouvelle aire paysagère de pique nique au parcours de santé. Réalisation des services municipaux, proche des jeux pour enfants installés en 2010.

Le lac des Palivettes, nettoyé. Des reprises d’enrochement sont à programmer par ailleurs

Le nouvel Blanchissage et ses abords détente

Pour 2012, l’amélioration paysagère des lieux devrait se poursuivre, avec de la couleur florale. Des équipements complémentaires, notamment pour les skaters sont aussi projetés.

*********

La municipalité de Malaucène et le syndicat Rhône Ventoux ont entrepris, comme annoncé précédemment des travaux, sur la RD 938, portion La Poste – Station service.

Ces travaux consistent en la réfection de réseaux humides et en l’enterrement des réseaux secs (EDF, Téléphone).

Les travaux étant prévus du mois d’Octobre au 30 décembre 2011, il s’est avéré nécessaire de modifier la circulation par une déviation en sens unique.

Plus d’informations sur l’arrêté ci dessous ou auprès des services techniques de la Mairie de Malaucène au 04.90.65.19.34.

 

*******

Pôle Educatif et de Loisirs : école élémentaire rénovée et un centre de loisirs flambant neuf, inaugurés le 2 septembre 2011 

Aménagement paysager et floral réalisé par les services techniques municipaux  

SECURITE ROUTIERE

Dans le cadre du programme voirie 2010, des aménagements de sécurité avaient été réalisés chemin de l’hôpital et sur la route entre Pont Vieux et Ratavon. Restaient à poser, les ralentisseurs du quartier de la Calade. C’est aujourd’hui chose faite. Le programme de voirie 2011 se traduira dans les prochains mois par de nouveaux aménagements de sécurité sur d’autres voies à forte desserte résidentielle (entre autres : route de Veaux, route du Groseau, route de Beaumont).

 

TRAVAUX RUE CHABERLIN

REMPLACEMENT D’UNE CONDUITE D’EAU POTABLE AVEC REPRISE DES BRANCHEMENTS

 POUR LES RIVERAINS.

SUPPRESSION DES CONDUITES EN PLOMB

*******************

Lancement des travaux du Pôle éducatif et de Loisirs à Malaucène.

Il s’agit, pendant l’année scolaire 2010-2011 de réhabiliter l’école élémentaire et accueillir le centre de loisirs dans un espace indépendant.

 

Le cabinet d’architecte Daniel et Cayssol est maître d’oeuvre du projet. Après la phase de préparation du chantier, c’est aujourdh’ui la phase de construction qui débute avec la création des fondations pour accueillir la coursive sur la partie Nord du bâtiment.